Samsung et Windows Phone, un amour de raison qui deviendra passion ?

Les oiseaux de mauvais augure annonçaient la fin des smartphones Samsung exploitant le système d’exploitation Windows Phone 7. Et s’ils se trompaient lourdement ?

Les signaux négatifs se multipliaient et laissaient poindre un message trouble quant au support de Samsung à la plateforme Windows Phone. Le constat était implacable. Un modèle quasi unique sur le marché. Très peu de promotion. Une Samsung Zone qui se vidait. Une mise à jour vers NoDo pour le moins compliquée. Des rumeurs d’abandon de Windows Phone en 2013. En somme, un soutien officiel à la plateforme pas si clair dans les faits. Et pourtant…

Samsung et Windows Phone, un amour de raison qui deviendra passion ?

Et pourtant, Samsung semble avoir changé de braquet et son soutien au système d’exploitation nouvelle-génération de Microsoft ne fait désormais plus de doute. Aucun esprit rationnel ne peut désormais prendre pour argent comptant les propos de SamFirmware, un site d’ordinaire très bien renseigné sur les coulisses de la firme fondée à Daegu.

Une promesse à la communauté

Alors que le ciel s’assombrissait au-dessus de la tête des possesseurs d’Omnia 7 (Europe) ou de Focus (USA), la rédaction de Mon Windows Phone avait pris l’initiative de contacter la filiale française du constructeur coréen pour obtenir des réponses. A l’ordre du jour : les problèmes techniques rencontrés par une frange (réduite) d’utilisateurs, le (très) faiblement alimenté espace dédié aux applications Samsung sur le Marketplace ou encore les problèmes de mises à jour des modèles Samsung.

Une réponse officielle est parvenue à la rédaction courant juillet. Le puissant conglomérat reconnait les problèmes de certains utilisateurs et s’engage à les résoudre avec une mise à jour constructeur qui sera diffusée en même temps que Mango. Le groupe coréen a aussi diligenté une enquête en interne pour comprendre la source des problèmes et s’assurer qu’il n’y en ait plus à l’avenir. Une réaction honnête et transparente à mettre au crédit du constructeur. Sans doute l’une des premières étapes vers une reprise en mains de son soutien à Windows Phone.

De nouveaux modèles

Au plus fort des rumeurs stipulant que Samsung quitterait le navire Windows Phone, le plus gros opérateur étatsunien, AT&T, a révélé l’existence d’au moins deux nouveaux smartphones Samsung exploitant le système d’exploitation de Microsoft pour le marché américain, disponibles en cette fin d’année : les Samsung Focus S et Focus Flash. Même s’il est difficile de parler d’une gamme pléthorique, il est tout de même de bon ton de relever qu’avec ces deux nouveaux modèles prometteurs, Samsung ferait plus que doubler le nombre de modèles de Windows Phone que la firme distribue sur l’un des plus grand marchés de la planète.

A l’instar de la première génération de Windows Phone 7, il se murmure en outre que des déclinaisons de ces modèles réservées à l’Europe devraient être prochainement dévoilées, même s’il ne s’agit pour l’heure que de rumeurs émanant… du site qui indiquait quelques jours avant l’annonce d’AT&T que Samsung ne sortirait qu’un seul nouveau modèle et qu’il s’agirait de son dernier. En dépit de la fiabilité effritée de SamFirmware, il faut admettre que ces déclinaisons auraient un sens et nous pensons qu’au moins deux nouveaux modèles devraient effectivement être proposés aux opérateurs européens.

Une avalanche de nouvelles applications

L’une des marques les plus visibles du soutien « relatif » de Samsung à Windows Phone 7 à l’époque fut l’étrange comportement du chaebol vis-à-vis de son catalogue d’applications dédiées au système, l’un des éléments les plus différenciants sur la plateforme. Très faiblement pourvue à ses débuts et avec des applications moins intéressantes que celles de la concurrence, la Samsung Zone s’est même offerte le triste exploit de voir son nombre d’applications réduit à peau de chagrin durant quelques mois, certaines applications de photo ou encore les dictionnaires ayant totalement disparu des linéaires virtuels du Marketplace, temporairement.

Mais, petit à petit, la situation s’est améliorée. Les applications fantômes sont toutes revenues dans la Samsung Zone. Et puis le géant coréen a appuyé sur l’accélérateur et a pris les autres constructeurs de vitesse. Le tournant s’est opéré en août, avec la diffusion d’une application qui ne paie pas de mine sur le papier, Rubik’s Cube, mais qui est bien réalisée et qui, surtout, est la première nouvelle application du constructeur depuis très longtemps. Fin août, c’est l’application « Maintenant » qui a été intégralement repensée pour Mango et qui fut l’une des premières applications du Marketplace compatible multitâches.  Dès lors, un véritable déluge d’applications Samsung a déferlé.

Rubik's Cube

Mobile Print, tout d’abord, une application distribuée début septembre, qui permet d’imprimer depuis votre Windows Phone vers une imprimante de la marque, mais également de récupérer les documents scannés depuis votre multifonction Samsung. High Fidelity Position, ensuite, une application améliorant la géolocalisation avec la prise en charge du système russe GLONASS et qui se montre là encore très innovante car il s’agit de la première application ne s’installant pas comme un logiciel traditionnel mais ajoutant un nouveau menu dans les paramètres du système.

Mobile Print

Au cours des sept derniers jours, ce ne sont pas moins de cinq autres applications qui ont suivi : AllShare, qui apporte le support du DLNA (que seul LG proposait jusqu’à présent), RSS Times, un lecteur RSS de très bonne facture, SMS avancés, un outil permettant de réduire le nombre de caractères de ses SMS, Mini Diary, sorte de journal intime « timelinisé », ou encore Fun Shot, pour agrémenter vos photos de divers effets appliqués en temps réel… l’une des premières applications disponibles sur le Marketplace à utiliser l’API de la caméra (frontale / dorsale) !

Fun Shot

Un partenariat majeur autour de Windows 8

Anaheim, Californie, 13 septembre 2011. Microsoft lève le voile sur la huitième itération majeure de Windows. Un pari majeur pour l’ogre de Redmond. Une réussite. Windows 8 se présente comme un système innovant qui change le paradigme de l’informatique personnelle en promettant une convergence à terme entre micro-ordinateur de bureau, portable, netbook, tablette, console de jeu et téléphone, le tout imprégné de Metro, la plus audacieuse philosophie d’interface ayant vue le jour depuis de nombreuses années, la plus classe également. Voir un Windows 8 s’emparer de l’interface Metro, c’est à coup sûr un précieux coup de pouce pour populariser Windows Phone. Il n’aura par ailleurs échappé à personne que la démonstration de Windows 8 s’est opérée principalement… sur une tablette Samsung !

Tablette Samsung Windows 8

Le coréen bénéficie donc d’un accès privilégié à Windows 8 et, de ce fait, il semblerait très étonnant qu’il puisse envisager ne serait-ce qu’une seconde l’abandon de la plateforme Windows Phone qui sera, à terme, adossée à Windows 8.

Une insécurité juridique qui pèse sur l’avenir

En plus de la concurrence féroce et directe que se livrent les acteurs majeurs du secteur de la téléphonie, il y a tous ces mouvements de l’ombre, plus discrets, qui bougent les pions en influant le secteur sur le long terme. Ainsi, Android, qui a porté le succès de nombreux constructeurs cherchant à répliquer à l’iPhone, s’avère être une impasse juridique. Microsoft gagnerait, dit-on, plus d’argent que Google lui-même sur les téléphones Android vendus en raison de la violation de multiples brevets qui contraint de nombreux constructeurs à lui reverser des subsides ; Samsung pourrait même reverser jusqu’à 15 dollars par modèle Android vendu (on estime que Google remporte 6 dollars par modèle Android commercialisé). Une compensation financière qui a un impact clair, celui de ne plus permettre de considérer Android comme un système libre et gratuit.

Des menaces juridiques pesent sur Samsung

D’autant que la menace la plus importante qui pèse autour d’Android vient probablement d’Apple. La firme de Cupertino multiplie les contentieux judiciaires avec son plus grand fournisseur de mémoire flash et obtient actuellement de précieux succès qui touchent durement la société asiatique (interdiction de sortie pure et simple de modèles de Galaxy Tab, Galaxy S, Galaxy SII, et Ace dans divers endroits de la planète).  Si l’on rajoute à cela le rachat pur et simple de Motorola par Google, là où Microsoft et Nokia n’ont signé qu’un accord technologique (certes majeur), Android pourrait bien passer sous peu d’opportunité à menace potentielle pour les têtes pensantes coréennes.

Entre opportunités stratégiques et complications juridiques, la relation croissante de Samsung avec Microsoft pourrait, on l’a compris, s’affirmer au cours des prochains mois. Une chose est sûre : un abandon de Windows Phone n’est vraiment pas d’actualité. Et mon petit doigt me dit que le Focus S pourrait bien être l’un des flagship phones dont Microsoft a besoin, aux côtés de ceux que préparent Nokia.

Antoine Emond

Dans le forum

Envie de discuter avec la communauté MonWindows de Android ou Windows phone ? Rendez-vous dans nos forums.

Partager cet article

 Voir les commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire
Laisser un commentaire...