Nous sommes en 2016, qu'en est-il de la promesse concernant la fin du roaming ?

Je suis tombé sur un sujet que j'avais écrit en 2013 à ce propos. On espérait/supposait déjà la fin du roaming, méthode antédiluvienne dont on disait, du mal forcément, mais surtout que "l'Union européenne en a[vait] assez de toute cette incohérence". Depuis, le dossier a grandement évolué, jusqu'à promettre la disparition du roaming pour 2017. Nous sommes au second trimestre 2016, quelle est la situation en Europe ? Nous profitons désormais d'un plafond très récemment mis en place qui impose un standard des frais d'itinérance, revus fortement à la baisse, et sur lesquels les opérateurs réagissent de façon assez différente, il faut le dire.

Le roaming : un apport financier colossal pour le secteur mobile

roaming-charges

Pour rappel, les frais d'itinérance (ou roaming, c'est pareil) sont des frais imprévus qui s'ajoutent à notre facture quand on utilise son téléphone - appel ou data - à l'étranger. Il y a quelques années, c'était assez abusif, mais, depuis, suite à des échanges musclés avec l'Union européenne et les différents opérateurs la situation s'est fortement améliorée. Si la suppression de ces frais doit être effective pour 2017, je tenais à revenir sur la situation actuelle. Il faut savoir que cette période néfaste, surtout pour les transfrontaliers ou les voyageurs réguliers, pouvait générer des situations vraiment problématiques où les factures pouvaient exploser si l'on n'y prenait pas garde. On explique que ces frais inattendus, cumulés, seraient estimés à plus de 4 milliards d'euros dans l'Union européenne, ce qui est énorme ! Ça reste peut-être une bouchée de pain sur le chiffre d'affaires globale du secteur de la téléphonie, mais ce n'est pas anodin pour le particulier (d'ailleurs, n'hésitez pas à partager votre expérience passée à ce propos) et ça représenterait tout de même plus de 80 % de marge. Et, là, en fait, l'évolution majeure relève de la limite imposée aux opérateurs, et ce, depuis samedi dernier (soit le 30 avril 2016). Nous serions donc désormais, quel que soit l'opérateur :

  • À 5 centimes d'euro par minute pour les appels
  • À 2 centimes pour les messages envoyés
  • Et à 5 centimes, encore une fois, par mégabit qui transite concernant les données mobiles.

Finalement, ce sont surtout les hommes d'affaires qui chiffrent au niveau du roaming

629292085-amsterdam-pays-bas-smartfone-cravate-telefone-mobile

Si l'Union européenne, par le biais d'Andrus Ansip, Vice-président de la Commission en charge du Marché unique du numérique à Bruxelles, estime que les Européens ont enfin été entendus, on estime néanmoins que nous serions loin d'une réelle mesure sociale. En effet, selon les études, le gros des frais de roaming, ce sont davantage les hommes d'affaires qui ne font pas trop attention à leurs dépenses, qu'ils soient en itinérance, ou non. On explique ainsi que le touriste est - malheureusement qu'il soit obligé de le faire d'ailleurs à mon sens ! - habitué aujourd'hui à couper l'accès à ses données quand il est à l'étranger. Ainsi, selon La Tribune, la fin du roaming viendra surtout à baisser les frais pour les entreprises. Je reste néanmoins persuadé, j'en fais partie, que le touriste ou le voyageur a aussi des besoins que cette situation pourrait arranger.

Plus de roaming ? Les opérateurs ont toujours la possibilité d'augmenter leurs forfaits...

Free-Mobile-roaming-Etats-Unis

Et justement, si les opérateurs sont aujourd'hui obligés de baisser leurs prix concernant l'itinérance et doivent désormais s'aligner sur un tarif jugé très bas, ces derniers essaient de contrebalancer ce manque à gagner en augmentant les prix des forfaits les plus intéressants et les moins chers... du moins jusqu'ici. Chez Orange, notamment, on trouve finalement que la baisse des frais d'itinérance est une relative bonne nouvelle. On s'explique : on reconnait que, comme je le disais, le comportement type aujourd'hui pour le particulier, c'est de couper son accès à son data quand on passe la frontière. Ce qui ne rapporte rien aux opérateurs puisque les utilisateurs n'utilisent pas leur smartphone "normalement". Chez Orange, la baisse du roaming reviendrait donc à un "un bon calcul économique" et on estime que, "au bout du compte, tout le monde s'y retrouvera."

Ainsi, si on fait un état des lieux des acteurs français de la télécommunication, on peut voir que, chez Orange, on s'est adapté. Sosh propose, pour 24,99€/mois, 5 Go par an dans les pays européens et département d'outre-mer. Chez Bouygues Telecom, on travaille autrement et on fait passer la baisse des frais d'itinérance comme un geste commercial (ils sont pas gênés !!). Bien sûr, chez Free, on reste très concurrentiel, puisque l'opérateur propose du roaming sans frais supplémentaire depuis longtemps (dans une limite de 35 jours par an, en tout sauf en 4G). Bon, on verra comment les choses évoluent jusqu'à la disparition totale des frais d'itinérance dès le 15 juin 2017, dans toutes l'Europe. À partir de là, il n'y aura, normalement, plus de levier utilisable par les opérateurs et tout le monde sera logé à la même enseigne. Et pour nous, ça serait plus confortable, assurément. J'ai hâte d'être en 2017 pour ça, pas vous ?

Source : latribune.fr , universfreebox.com

Partager cet article

Les articles MonWindows sur votre fil d'actualités Facebook

 Voir les commentaires

Connectez-vous pour poster un commentaire
Laisser un commentaire...

    D'autres articles à découvrir